Knight - Echanges RP entre joueurs (et MJ)

Soumis par Thomas le lun 07/01/2019 - 15:36

Un endroit où échanger, en RP dans le cadre des parties de Knight aux Tisseurs de Chimères.

https://www.youtube.com/watch?v=OqPVz101nd0

Le père BlackStone ouvre la main pour signifier à son frère Talion qu'il n'est pas "encore temps".

- Talion, mon frère, avant d'aller plus loin, j'ai besoin de savoir. J'ai besoin de savoir comment et dans quelles circonstances précises tu as été capturé par les créatures de l'Anathème puis comment et où tu as pu échapper à leur emprise.

- Pourquoi, est-ce que je te demande cela ? parce que je pense qu'il y a un lien. Un lien dont le trait d'union est une entité qu'Eva et nous, coterie, avons expérimenté douloureusement...

- ...Le Cauchemar...

- Lorsque je fus recraché par les suppôts de la Machine, à Providence, sur le site de Black Stone, mes temps de repos ne furent, d'abord, qu'une succession de cauchemars jusqu'à ce que mes visions prennent le pas. Lorsque les visions éveillées se sont installées, mon sommeil s'est vidé, purgé, progressivement de la lie des visions monstrueuses...

- Ainsi, à chaque fois que j'ai un flash, je sais que c'est l'Anathème qui me parle, qui communique avec moi. Son discours n'est pas clair mais c'est néanmoins une communication.

- La communication de la Bête, la vision de l'Oeil de Sang / la SvartCrown, je l'ai eu juste après avoir vu la salle centrale sous le Tumulus. Mon esprit a été broyé par une puissance bien supérieure à celle de la Parole ou de l'Ombre. La chose m'a observé, dévoré l'esprit. Mais je sais qu'avant ce contact fracassant, j'ai fait une fixette sur l'une des peintures rupestres : celle de l'enfant, seul, face à une énorme bête cornue...

- Je sais qu'à Providence, ma capture par les Ténèbres Mécaniques s'est faite alors que je regardai fixement ma compagne de l'époque, Hannah, se consumer sous l'effet du lance-flamme du Profanateur...

[gros blanc du russe]

- Bref, mon plan, dans les grandes lignes, c'est de prendre contact avec la Bête, tous ensemble, au travers d'un grand cauchemar. Comme pour la 1ère affaire d'Eva. J'ai une idée pour obtenir le focus permettant d'initier le voyage onirique... Mais avant ça, donne-moi des détails...

Et la phrase du chevalier en barbarian reste en suspens... dans les profondeurs de l'océan.

Duo abyssal, meilleurs potes... Chevaliers de la Table Ronde en devenir... La discussion allait pouvoir se poursuivre entre Talion et BlackStone... Tout aussi sérieusement qu'elle avait commencée... Et le plan serait... sans accroc...

KaradocPerceval

 

Talion a un mouvement de recul lorsque le chevalier Blackstone lui demande d'en savoir plus sur lui et son passé. Cette demande de mise à nue le met plus que mal à l'aise. 

Son premier réflexe est de vouloir fuir  mais au plus profond des abysses, c'est une chose vaine. Il ne peut pas aller bien loin.

Et la question du chevalier russe lui met une pression si ce n'est équivalente à celle de l'eau qui les entoure et fait craquer leurs armures.

Avec un soupir résigné, Talion engraine laconiquement le récit de son passé. Passé jusqu'à présent gardé au plus profond de lui.

 

J'étais en mission d'infiltration à Ankara au sein d'un sombre cabinet du gouvernement Turque quand les ténèbres sont apparus et se sont répandus sur le monde. Comme beaucoup de gens dans la région, je n'ai pas pu fuir et j'ai été happé par le mur d'anathèmes pures au moment de son expansion et sans même savoir ce qui m'arrivait.

A ce moment, j'aurais dû mourir, j'aurais voulu mourir... Mais les seigneurs de l'Anathème en ont décidé autrement. Et ils ont commencé à jouer avec moi. Physiquement et mentalement. Pourquoi moi ? Je n'en sais absolument rien. Mais à chaque minute passée dans les ténèbres correspondait une énième mort différente des précédentes ; pour au final être rappelé à la vie pour subir un nouvel assaut.

Chaque millimètre carré de ma chair et de mon âme étaient dépecés sans que je ne puisse hurler ou détourner le regard.

Et encore... Et encore...Et encore...

Et pendant qu'il parle, ses poings se serrent.

Ils m'ont utilisé comme un putain de cobaye pour satisfaire leur appétence à développer de nouvelles techniques pour annihiler la race humaine.

Et quand ils en ont eu assez de jouer, ils se sont débarrassés de moi. Ces connards n'ont même pas eu la décence de me tuer une bonne fois pour toutes. Ils m'ont recraché à la face du monde dévasté quand les ténèbres se sont contractées. Tel un vieux déchet inutile

Qui et combien ils étaient, je n'en sais rien. Je n'ai jamais rien vu même si mes yeux ont été gardés ouvert tout du long. 

Tout ce que je sais, c'est que j'ai atterri au Maroc, à des milliers de kilomètre de mon point d'origine et que je suis revenu avec 2  souvenirs de leur part : Des yeux qui ne seront plus jamais aptes à supporter la lumière du jour (même la plus blafarde) et des cauchemars quasi-systématiques dès que je ferme les yeux.

Je ne saurai trouver un brin de répit ou de réconfort dans ce monde. Ils y ont pourvus.

Ce n'est que plusieurs mois après être revenu que j'ai constaté de légères similitudes entre mes cauchemars et ce qui m'arrivait. Mais c'était très diffus, un détail noyé dans une mer de délires cauchemardesques.

Quand a lui, il a été présent dès les premiers rêves... 

https://www.youtube.com/watch?v=N4Vfy5yCy-c (commencez directement à 02:00)

ou

https://www.youtube.com/watch?v=18s6ZdvAfQk (directement depuis le départ)

(choice is yours... 😉)

- Frère, je sais, en partie, ce que tu ressens. Ma détention dans les Ténèbres présente certaines similitudes mais... Bien qu'éprouvante, elle n'a pas atteint un tel paroxysme...

Le russe marque une pause dans son propos, dans l'obscurité des profondeurs, sa main saisit l'avant-bras de son frère d'arme. Le lien d'amitié est là.

- Si le Serpent est présent depuis le début de ta "relation" avec l'Anathème, alors il est la forme choisie par ces créatures pour être leur messager vers toi... Selon moi, la forme du Cauchemar au travers de laquelle tu communiques avec eux.

- Je sais que nous n'avons que peu de temps, à chaque fois, à Avalon... Mais voilà le début de mon plan : je dois échanger sous peu avec Monsieur Pendulum. Pour diverses raisons, dont mon projet d'école. Là n'est pas le sujet... J'ai l'intention de demander à notre spécialiste de l'Art de m'aider à apprendre... les bases... Pour créer une oeuvre qui va me servir de focus. Une oeuvre qui sera ma manière à moi d'exprimer ce qu'est la Svartcrown et la Bête qui en est le maître...

La pogne du russe descend de l'avant-bras de l'assassin pour se loger dans celle de son frère d'armes...

- Rejoins-moi. Cet apprentissage, nous le ferons ensemble. Pendant que je trouverai ma voie pour exprimer la Bête, tu trouveras la tienne pour exprimer le Serpent. Une fois nos deux focus créés, nos réalisations parachevées, nous demanderons à Gauvain, Dagonnet et Merlin d'avoir l'accès à cette salle si particulière du Bunker (ou de nous faire livrer un matériel comparable). En coterie, tous unis, nous surferons sur nos visions, nous naviguerons sur l'océan du Cauchemar pour les retrouver, nos deux émissaires, les comprendre et... les vaincre s'ils poursuivent dans leur volonté de destruction de l'Homme...

- Par le Trait, le Geste, le Son, le Verbe ou la Capture nous ferons exploser notre RRAAAGGGGEEEEE !!!! Et nous ouvrirons enfin les portes qui, à aujourd'hui, nous sont interdites !!!!!!

Ces derniers mots sont hurlés par BlackStone dans sa méta-armure. Des émotions fortes, brutes, qui, à cet instant, font simplement écho au silence assourdissant du barbarian lors de la dernière mission, face à l'oeuvre de la Chasse Sauvage... Une rage folle... palpable...

 

Talion saisie l'avant bras de son frère d'arme.

Tu me connais ! Tant que ça me permet de me rapprocher de ce salopards pour leur botter leur putain de cul ! J'en suis bien sûr !

Pour nous, l'humanité et son avenir à elle ! En avant chevalier !

Par plusieurs centaines de mètres de profondeur, au milieu de l'immensité de la fosse, BlackStone et Talion se regardèrent droit dans les yeux. Ils arboraient tous les deux un sourire carnassier.

- La messe est dite mon Frère ! Le Pacte est scellé. Pour réussir, il faudra agir de manière diligente. Nous allons remonter et, discrètement, nous commencerons à oeuvrer.

- Si je te détaille le plan tel que je le vois, les étapes à suivre sont :

1. je vais prendre contact avec M. Pendulum, je vais lui détailler notre projet en lui expliquant que l'apprentissage doit se dérouler à distance ainsi que la réalisation des oeuvres.

2. Nous allons nous entraîner, composer, nous nourrir de nos visions pour alimenter nos productions respectives. Il va falloir que tu fasses un gros travail sur toi afin de mentalement attraper et figer l'image la plus fidèle de ta némésis. De mon côté, je vais récupérer le montage vidéo de la caméra de Clovis afin d'avoir les prises du Tumulus avec le détail des peintures rupestres.

3. Une fois notre premier jet réalisé, nous le soumettrons non seulement à M. Pendulum mais aussi à Eva et Josiane Leblanc car elles sont là, sur base, et disposent d'un grand sens artistique.

4. Lorsque nos réalisations artistiques seront prêtes, suffisamment saisissantes pour être validées par notre Trio, nous irons voir le reste de la coterie et nous leur expliquerons le plan. Si nous avons encore un doute avant ce face-à-face, nous pourrons pousser l'expérimentation jusqu'à produire nos oeuvres devant Mia Gaspini afin de voir comment elle réagit.

5. Le plan exposé à la coterie sera clair et simple : le retour dans le Cauchemar via l'installation prototype du Bunker de Camelot en s'appuyant sur nos visions du Serpent et de la Bête.

6. Si le reste de la coterie suit le mouvement, nous attaquons la phase Sagramor, Gauvain, Dagonnet. Nous ferons éventuellement appel à l'avis de la Sage, l'omnisciente des Neufs.

- Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri. L'histoire d'un centurion à Capharnaüm, mon frère... Mais je ne t'apprends rien...

Widdfa, Go pour la remontée s'il te plaît ma Belle.

Après une sortie du "petit bain" sans encombre mais néanmoins ponctuée par les interpellations de Thor concernant le dépassement de l'horaire initialement prévu, les deux frères se séparèrent au milieu de la nuit.

Après avoir consulté le dossier de BlackStone avec recul et bienveillance. Ines revînt voir le chevalier.

Chevalier Blackstone, votre dossier est plein d'enthousiasme, l'idée a un énorme potentiel. Je vois le projet comme un énorme diamant brut, qu'il va falloir tailler, affiner, retravailler...

Je vous propose donc de modifier la séquence de présentation afin de commencer par le pourquoi (...)

- Chevalier Inès, je vous remercie pour votre temps. C'est entendu, je prends en compte vos remarques, je commencerai donc par les pourquoi. Il y aura 2 degrés de profondeur dans ce commencement. Le 1er concernera le pourquoi "orienté humanité", c.a.d. le bien-fondé de l'école pour la prochaine génération d'artistes issue des rangs de l'Humanité. Le 2nd degré du pourquoi sera plus personnel, cette école est aussi un hommage rendu à un jeune artiste dessinateur plein de talent, William (dont j'ai déjà évoqué l'histoire), avalé par l'Anathème à Providence. Je réfléchis encore à évoquer cette seconde raison d'entrée de jeu au moment du dépôt du projet...

Oui. Je voulais dire le pourquoi du projet et pas votre motivation. L'histoire de William est un drame affreux comme il s'en est produit des milliers depuis l'arrivée de l'anathème. Mais elle  illustre parfaitement les raisons de protéger l'art et les artistes. L'art peut faire de l'intime l'universel.

- OK, "c'est pas faux" Chevalier Inès, je laisserai donc la motivation en lien avec William en retrait de la présentation, au moins au départ , pour ne présenter que le pourquoi du projet. Telle une grosse pierre de fondation des plus solides, telle une belle miche de pain venant nourrir les foules affamées de culture !

- Voilà ! Là, c'est pro ! Là, je comprends !

https://zonesons.com/repliques-de-parodies/phrases-cultes-de-kaamelott/voila-la-c-est-pro-la-je-comprends

Ines entra dans le hangar qui avait déjà abrité Clovis la veille.

Eh bien Chevalier Clovis, vous êtes plein de surprises ! Je ne vous imaginais pas bricoleur et j'ai bien l'impression que ce projet le prouve.

 

Est-ce que vous permettez que je vous aide ? Vous savez que ce qui peut protéger les innocents me motive toujours. Je n'étais pas hyper douée en travaux pratiques. J'étais plutôt théorie. Mais je pourrais vous aider à l'aune de mes modestes capacités.

Clovis semblait concentré sur son établit, mais il leva la tête dès l'entrée du Chevalier Inès.

Chevalier Inès.

Ces paroles furent accompagnées d'un signe de tête. Le moral du jeune chevalier n'était pas au beau fixe, mais celui-ci essayait de ne pas se laisser submerger et tenta de rester concentrer sur son objectif.  

Il souhaitait rester seul pour recentrer ses pensées et ne pas inquiétés ses camarades. Mais quelque chose au fond de lui le persuada qu'un peu de compagnie lui serait bénéfique. Cette même chose qui l'empêcha de refouler sa soeur de combat.

Oui. Du moins j'essais.

 

Mais cela ne fonctionne pas. Peut-être qu'un regard neuf m'aiderait.

Vous voyez, ici ! Ce circuit, qui associé à cet autre circuit devrait générer un signal, d'après les appareils de mesures tout semble bon, mais il n'y à rien en sortit.

Je bloque depuis nos derniers jours de repos. Je suis sur que ce n'est pas grand chose, mais là je ne vois pas.

Ces paroles furent accompagnées de gestes pour aider à la compréhension.  A la fin de cette explication, Clovis fronça les sourcils d'incompréhension.

Après une session de questions, réponses, reformulations. Clovis trouva la cause de son blocage.

Ines laissa un silence, avant de commencer.

Je pensais que le rôle de sénéchal était trop lourd pour une seule personne, que le rôle devait être séparé plein rôles plus petits, porte-parole, tacticien... Je crois que vous vous souvenez de ces discussions quand j'étais Sénéchal de cette coterie. Vous étiez aussi le dernier chevalier que j'imaginais Sénéchal. Je percevais déjà vos qualités : votre instinct de loup, votre capacité à endurer , votre capacité d'adaptation. Mais vous ne vouliez pas ce rôle.

Et bien, là aussi, vous et la Lumière (louée soit elle) m'avez donné tord.

Ines leva la main en direction de Clovis comme pour lui intimer de la laisser finir.

Vous me bluffez Chevalier Clovis. Votre retenue est un grand atout dans cette côterie, un énorme atout. Les gars, je les connais, je les ai pratiqués en tant que Sénéchal et je peux vous dire que j'ai fortement apprécié mon diffuseur d'endorphine à de multiples reprises. Et je sais aussi que je peux être difficile à gérer à cause de ... mon zèle. Vous pouvez penser que ce sont des paroles creuses. Je vois bien que vous n'allez pas bien en ce moment. Le commandement VIII m'impose de vous dire que je vous fais confiance.
Vous devrez essayer de vous faire confiance.

Ines laissa à nouveau un bref silence.

Et de profiter de la vie, je suis plutôt bien placé pour dire qu'il faut faire confiance à la Lumière, prendre les instants heureux quand ils se présentent. Si Malus vous plait, foncez !


Bon je parle, je parle mais on a encore du boulot. Non ?

Ines s'arrêta de parler et esquissa un sourire, le bricolage allait durer la journée...

(Le sujet ci-dessous est un RP "volant". Il n'interrompt en rien ceux que vous avez ou souhaitez lancer. Il est cependant important pour aborder les premiers pas d'une relation qui semble vouloir s'installer...)

Base secrète Avalon - le 26 avril 2038 - 6.48PM

Le Chevalier Cicero "Cristo" Ceves était entré le premier dans le bar "La Tournée d'Angus", à l'invitation des membres de la Coterie des Enfants d'Avalon présents.
La journée avait été plutôt chargée pour tout le monde et la proposition du Chevalier Black Stone avait finalement tardé à se concrétiser.

Les nouveaux arrivants avaient du prendre possession de leurs quartiers, visiter la base qui commençait à prendre une certaine dimension, et réaliser quelques ajustements d'autorisation et de matériel auprès du chevalier Thor et des agents Finnegan et Guerra.

Le planning chargé des Enfants d'Avalon avait juste permis quelques contacts rapides sur une passerelle ou au sein d'un des bâtiments visités par la Coterie Prophecy.
Au premier abord, ces derniers semblaient prendre leur nouvelle affectation avec sérieux.
Ils écoutaient avec attention les différentes présentations et semblaient intégrer les noms et fonctions des intervenants avec rigueur.

Gideon MacTavish posait des questions d'ordre très fonctionnel, Cristo échangeait cordialement avec les uns et les autres et le chevalier Mederith "Snow" Cowl passait en revue du regard les lieux et les individus avec son flegme et son silence habituel.
Elle ponctuait tout de même son attitude de quelques questions pointues et toujours pertinentes, qui déclenchaient généralement quelques prises de notes rapides de ses interlocuteurs.

De leur côté, nos Héros avaient utilisé leur temps à faire avancer leurs dossiers en cours. L'arrivée impromptue de leurs nouveaux camarades de jeu ne pouvait pas perturber les tâches planifiées pendant leur si précieux temps hors-mission.
Gideon et ses compagnons n'en avaient pas pris ombrage, invitant eux mêmes les locaux à continuer leur journée comme prévue initialement.

De fil en aiguille, les heures s'était écoulées, jusqu'à cet instant où fut donc décidé de faire un petit break et de pouvoir échanger un peu dans un cadre moins officiel.

Derrière le Chevalier Cristo s'était alors engagé Prophet et Snow, puis certains membres de la base qui avait pu se rendre disponibles.
On y comptait notamment Sarah Guerra, Thor, Malus et Eva.
Cette dernière avait d'ailleurs lancé, plus tôt dans la journée, alors qu'elle venait de croiser la Coterie Prophecy
" Il s'agit de Gideon MacTavish ? Le Neveu d'Arthur... Vous savez, c'est un grand Chevalier. J'ai lu plusieurs choses à son sujet sur les réseaux R.A.". Face à l'air étonné de son interrogateur elle avait haussé les épaules et enchaîné " Les soirées sont parfois longues à l'Orphelinat et je me dis qu'il est important d'en savoir un peu plus sur le Knight... Si je devais l'intégrer un jour..."

Un silence s'était installé dans le Bar alors que les nouveaux venus regardaient les lieux sans un mot. C'est finalement Cristo qui rompit la glace :
" J'avoue être un peu surpris par les priorités de développement que vous avez prévu pour cette base. "
Puis se retournant, avec un sourire au lèvre
" Mais c'est une plutôt bonne chose ! ".
Il se tourna vers sa Coterie : " Non mais, vous auriez pu deviner ça en décollant d'Humanité ce matin. Bon, ça manque un peu de style... "
" Cristo ! " Snow venait de reprendre son compagnon d'arme.
" Ah. Désolé, ce n'est pas ce que je voulais dire... Je voulais juste dire qu'on pouvait encore faire quelques petits aménagements, histoire de rendre les lieux encore plus chaleureux. Genre... Un jeu de NanoFléchettes là bas dans le coin... Une ambiance lumineuse un peu différente dans le coin là bas, avec quelques fauteuils confortables... ET... "
" Cristo... " Snow semblait mal à l'aise et en même temps étrangement amusé par les frasques de Cicero. On pouvait même deviner ce qui pouvait être un sourire sur le visage habituellement strict de la Chevalier en Bard.
C'était aussi le cas pour Gideon qui semblait se dérider un peu. Il s'approcha de l'Afro-américain et lui posa une main sur l'épaule de Cristo.
" Ne t'emballe pas trop mon ami. Nous ne sommes pas venus ici pour faire de la décoration intérieure. Même si ce lieu est effectivement plutôt... Surprenant."

" Ne t'emballe pas trop mon ami. Nous ne sommes pas venus ici pour faire de la décoration intérieure. Même si ce lieu est effectivement plutôt... Surprenant."

https://www.youtube.com/watch?v=Iu74pVYkhNI

BlackStone, appuyé sur le chambranle de la porte regarda d'un air amusé la petit scènette où le chevalier Snow finissait de stopper son frère d'armes Cristo dans son élan...

Il prit le monde un peu par surprise.

- La tournée d'Angus, c'est notre manière de commémorer l'immense talent d'un jeune guitariste pris dans les griffes du Masque... Et, aussi, notre manière de dire au père du jeune talent en question que son fils n'est pas oublié... Et que sa bière est drôlement bonne ! A chaque caps qui saute, c'est à Angus qu'on trinque, c'est Markus que l'on remercie, c'est à la famille Allman que l'on pense.

Lançant un clin d'oeil à Cicero tout en avançant vers le bar :

- Je suis d'accord avec vous, Mister Cicero, il manque un jeu de NanoFléchettes là-bas dans le coin... Chevalier, vous venez vous même d'identifier le cadeau de bienvenue que le personnel de la base souhaiterait vous voir lui apporter, tel un Père Noël d'Avril ou de Mai.

Une fois passé de l'autre côté du comptoir, le russe, (très) familier du lieu, ouvrit une chambre basse réfrigérée. Avec un grand sourire, il réapparut les mains pleines :

- Votre mission, si vous l'acceptez, sera de ramener à Avalon, un jeu de fléchettes... Avec une histoire. Pas un truc acheté à la va-vite chez Bird... Nan... Un truc qui soit digne d'Angus... Vous l'accrocherez, là, dans le coin de ce bar, et ferez ainsi de ce lieu... Le vôtre...

- Et... gagnez-le nous avec panache.. Histoire d'avoir une belle histoire à raconter le jour J et les suivants... Vous entrerez ainsi... Dans la Légende d'Avalon...

- En attendant, chose promis, chose due. Bienvenue Chevaliers !

Trois premières capsules sautèrent.

Clovis resta un peu surpris par ... tous ses mots ... Il resta silencieux, un peu comme s'il se remettait d'une surprise.

Merci ...

Chevalier Inès ...

Vous le savez les missions sont dur, et pas que physiquement ...

Peut-être qu'une autre vision, un autre lien pourrait faciliter les choses ... ou à défaut les rendre plus supportable.

Ces échanges, que se soit sur le bricolage, la coterie ... la vie, Clovis se détendit.

Plus la journée avançait et plus l'étincelle, qui semblait avoir disparut, revint dans ses yeux.

" Les choses ont toujours plus d'importance lorsqu'elles ont une histoire... "
Avait dit alors Cristo avant de s'emparer de façon volontaire et décidée d'une des bières.
" Les choses, et les gens aussi... " Avait répondu Gideon, de façon mystérieuse, en attrapant les deux autres bières, et en tendant l'une d'elle à Meredith qui hésita un instant, puis, après un regard à la ronde, finit par accepter.
Cristo tourna alors la bouteille vers la guitare accrochée sur le mur d'en face :

"  à Angus alors ! ".
Il but une bonne gorgée, à même le goulot.
Les membres de la base connaissaient tous l'effet que faisait ce breuvage.
Oh, certes, ce n'était sans doute pas la meilleure production houblonnière de l'histoire.
A une autre époque, elle aurait pu paraître quelconque ou peut-être même médiocre.
Mais dans ce monde au mieux synthétique, où les goûts et les couleurs avaient perdu toute intensité, la Allman IPA avait quelque chose... De spécial.
Certains y voyait l'effet du souvenir de ce qui avait derrière chacune des bouteilles, d'autre puisaient les raisons de l'expérience dans quelque chose qui pouvait se rapprocher de l'effet de l'Art. Mais quelque soit le point de vue, il était le même que celui qui se révéla à cet instant.
Cristo regarda sa bouteille, puis Black Stone :

" Il va nous falloir mettre le paquet pour ce jeu de fléchettes. Vendu. ". Il tendit la bouteille devant lui en signe de salut au Russe et but une deuxième gorgée.

Le chevalier Talion est le dernier membre des Avalons à rentrer dans le mess.

Il passe à coté de ses frères ; posant au passage une main sur l'épaule du chevalier Hector, lui adressant un léger signe de tête comme pour lui signaler, à sa façon, son contentement de revoir dès à présent le chevalier au sein du groupe.

Il prend ensuite position au bout du comptoir de sorte a avoir une vue imprenable sur la coterie de nouveaux arrivants.

De là, il peu tout à loisir les observer et les écouter tout en sirotant doucement sa bière.

Cicero semble être quelqu'un de plutôt prolixe avec un côté un peu fonceur et franc qui plaisait forcément au chevalier Blackstone.

  • Ils sont faits pour s'entendre ceux là. Je pense qu'Avalon a définitivement perdu de sa  tranquillité.

 

Meredith est beaucoup plus intrigante. Très réservée, visage souvent fermé, des interventions néanmoins précises et nettes. Son surnom "Snow" ne semblait pas usurpé. Il y avait néanmoins quelque chose dans cette belle brune élancée qui l'interpellait.

 

Puis son regard se posa sur le chevalier Gideon, et il ne le lâcha plus des yeux, ni des oreilles pour le reste de la soirée...

Après une journée passée au bricolage, Ines prit congé de Clovis. En passant le seuil de la porte, elle se retourna.

Chevalier Clovis, seul nous combattons, ensemble nous vaincrons, est un devise forte. Elle s'applique au cœur du combat et surtout dans la vie. Si vous avez besoin de parler, si vous vous sentez seul, venez me voir.

Elle s'interrompit


Si Malus n'est pas disponible, bien sûr.


Elle décocha un clin d'œil suivi d'un sourire et sortit.

Eva, je n'ai pas de vérité absolue sur l'Espoir et le désespoir. Disons que ces derniers temps, j'ai l'impression que ma vision a évolué. J'étais myope : sans recul l'espoir et le désespoir semble antagoniste. Mais aujourd'hui, j'ai la conviction que l'espoir est partout, c'est un cadeau de la Lumière. Le désespoir est subjectif, il réside à mon sens dans une incapacité à voir l'espoir. C'est pour cela, qu'il est particulièrement dur à combattre.

On ne tranche pas le désespoir avec son épée, on l'annihile avec des actions symboliques, chevalresques. C'est pour cela que le Code est important. Certains y voient une réécriture maladroite du code de chevalerie moyenâgeux, mais c'est un manifeste utopique. Il est souvent très dur de le suivre, mais si on y parvient, on devient un bref instant, un symbole d'espoir, un représentant de la Lumière. On montre aussi aux autres ce qu'ils peuvent devenir, s'ils ont la foi, la ténacité et la chance.

L'empathie est aussi une qualité cruciale pour aider à surmonter les autres leur désespoir car le désespoir est très personnel. Nous avons tous certes vécu des choses très éprouvantes, mais ce n'était les mêmes, nos blessures d'âme sont variées, la Lumière à éprouver certains plus que d'autres.

La discussion sur l'espoir allait durer longtemps.

Mais je ne veux pas te souler de mots, Eva. Je te propose de réfléchir à cela pendant une course d'une heure pour commencer. Et tu me donnera ton opinion.